All Posts By

Marouen Sidhom

DemocracyOS France : 9 mois après sa création

By | Non classé | No Comments

Le samedi 2 mai 2015 le Journal Officiel publiait l’annonce attestant la création de notre association loi 1901 : DemocracyOS France. 9 mois plus tard, contemplant le chemin parcouru je suis impressionné par tout ce qui a été accompli et par toutes les rencontres faites.

Je me présente, je suis Virgile Deville, Président de DemocracyOS France. Je me suis dit qu’il serait intéressant de revenir aux origines de ce projet avant d’en dresser le bilan pour 2015, avant de vous parler de nos ambitions pour 2016.

A la source

Logiquement, tout a commencé pour nous à Buenos Aires en Argentine. En 2013, je travaillais là-bas depuis quelques mois lorsqu’un jour, un collègue me propose de déjeuner avec deux de ses amis avec qui, selon lui, je ne risquais pas de m’ennuyer. Je fais alors la connaissance de Pia Mancini et Santiago Siri qui au détour d’une conversation m’exposent leur projet fou de hacker la démocratie. Le Partido de la Red n’en était alors qu’à ses débuts mais la promesse avait déjà de quoi décoiffer. L’idée était de faire élire un député cheval de Troie au Parlement de Buenos Aires. Cheval de Troie parce qu’il devrait toujours voter en fonction de la majorité citoyenne exprimée sur une plateforme en ligne qui deviendra plus tard DemocracyOS. (L’initiative Ma Voix reprend la même idée en France)

“l’ #IMPASSEDEMOCRATIQUE est un héritage du XIXe siècle forgé dans d’autres conditions technologiques et sociales, elle ne répond pas aux nouvelles exigences du citoyen actuel”. Extrait du manifeste du Partido de la Red.

Pour moi, ce fut tout de suite un coup de foudre. Enfin un projet politique porté par des jeunes, structuré de manière horizontale et qui fait le vœu d’expérimenter autant de temps qu’il faudra pour qu’internet et ses principes pénètrent enfin nos institutions démocratiques. Je vous conseille vivement de lire leur manifeste qui pose les bases de quelques concepts fascinants : version originale en espagnoltraduction française.

Le cheval de Troie face au parlement de la ville de Buenos Aires

Quelques mois plus tard le Partido de la Red se présentait aux élections législatives de la ville de Buenos Aires, captant ainsi un peu plus de 22 000 votes pas suffisamment pour obtenir un siège, mais la campagne menée marqua les esprits par son innovation. Crowdfunding, communicathon, cheval de Troie grandeur nature… Tout fut mis en place pour montrer qu’il est possible de faire de la politique autrement. (Pour plus d’information sur l’histoire du Partido de la Red lire How to Make a Net Party)

L’impact

Si les candidats du Partido de la Red n’ont pas réussi leur pari d’obtenir un siège au parlement de Buenos Aires, l’impact de leur action sur la scène politique ne tarda pas à se faire ressentir. Très vite, deux députés du PRO (le parti de Mauricio Macri, le nouveau président argentin) lancèrent une plateforme de débat ressemblant à s’y méprendre à DemocracyOS. Un an plus tard, le Parlement de Buenos Aires utilisait le logiciel pour mettre en place une vaste campagne de participation citoyenne prenant le nom de DEMOS. Le principe : demander aux 12 partis politiques représentés de soumettre au vote des citoyens 16 projets de loi. Les trois projets de loi les plus votés par la population seraient alors débattus au cas par cas pour que les arguments et suggestions des citoyens soient pris en compte par les parlementaires.

De TED Global à YCombinator : DemocracyOS aujourd’hui

L’événement majeur du développement de DemocracyOS à l’international est l’intervention de Pia Mancini au TED Global de Rio de Janeiro en octobre 2014. A peine mis en ligne, le compteur de vues dépasse vite les 1 million de vues et des messages de citoyens du monde entier s’accumulent dans leur boite de réception. Les adresses emails francophones m’étaient transférés, ce que j’interprétais à chaque fois comme une invitation à entreprendre quelque chose ici en France. Les mois passaient et la liste des pays utilisant DemocracyOS s’allongeait : Mexique, Brésil, Argentine, Etats-Unis, Chili, Espagne, Tunisie…

Le jour où j’ai appris qu’ils étaient sélectionnés pour faire partie des premières ONG à intégrer YCombinator (l’incubateur de Reddit, Dropbox et bien d’autres), je me suis dit: et pourquoi pas nous?

Pia Mancini, Guido Vilariño et Santiago Siri à Y Combinator

DemocracyOS France : les premiers pas

J’ai commencé par motiver quelques amis à faire partie de l’aventure,avant de rassembler toutes les adresses emails de français m’ayant écrit pour leur répondre qu’il était temps pour nous de nous lancer. Après quelques réunions et rencontres l’association était créée. Son but : faire connaître DemocracyOS en France et accompagner tous ceux qui désirent utiliser cette technologie ouverte de démocratie participative.

L’équipe fondatrice de DemocracyOS France

L’union fait la force

Très vite notre chemin croise celui de Valentin Chaput qui travaillait à l’époque sur Parol (une plateforme de suivi en temps réel des textes législatifs) et avec qui nous partageons le constat d’une scène civic tech bouillonnante à Paris et la volonté de tenter de la rassembler autour d’un espace commun. Nous avons donc profité de la venue de Pia Mancini, cofondatrice de DemocracyOS au Ouishare Fest pour lancer cette dynamique avec Open Source Politics, un groupe Meetup ouvert rassemblant les passionnés de technologies civiques.

Notre bilan 2015

Maintenant que vous savez tout c’est le moment de revenir sur cette incroyable année qu’a été 2015 pour cette toute jeune association. En un peu de moins de 9 mois nous avons :

  • Traduit, maintenu et customisé le code de la version française de DemocracyOS.

  • Mené 3 consultations publiques sur 3 sujets d’actualité : le projet de loi renseignement, la réforme des collèges et la COP21 en partenariat avec la plateforme de vote tchèque D21.

  • Rassemblé plus de 800 personnes sur le meetup Open Source Politics et organisé plus de 20 événements allant du hackathon pendant la semaine de l’innovation publique à la projection d’un documentaire en passant par un cycle de conférence.

  • Mis en place une collaboration de long terme avec la ville de Nanterre.

  • Sommes intervenus lors de conférences à : Paris Open Source SummitParis 3Paris 8Sciences Po LilleLe WagonDarefestLe village mondial des alternatives d’Alternatiba

  • Plusieurs fois été mentionnés dans la presse et sur des blogs(Arte, Socialter, The Next Web, Makery, Coreight, Democratie mise à jour)

  • Nous tenons à remercier Volumes Coworking qui a hébergé la majorité de nos événements en 2015 ainsi que l’équipe de l’Agora de la ville Nanterre qui nous a accueilli pour le hackathon “Coder la ville participative”.

Quoi de prévu en 2016?

L’année 2016 s’annonce toute aussi riche en aventures pour DemocracyOS France puisque nous commençons l’année en grandes pompes avec le hackathon Open Democracy Now qui se tiendra au Numa les 22 et 23 janvier (ce week-end donc). Information et inscription

Cet événement marque le lancement d’une dynamique initiée par la branche OpenGov de l’association Open Law. L’ “objectif est d’encourager la réflexion autour des enjeux de la démocratie participative connectée et ouverte, et d’offrir un cadre de collaboration propice au développement d’outils concrets pour répondre à ces défis sociétaux de la manière la plus efficace, accessible et transparente possible”. Il s’agit d’un projet ouvert à tout acteur intéressé par ces thématiques et désireux d’y contribuer. Nous l’avons rejoint ainsi que le Numa, Open Source Politics République citoyenne et Inno3, il reçoit par ailleurs le soutien du CNNUM (Conseil National du Numérique) et d’Etalab.

En mars 2016, avec la ville de Nanterre nous lancerons une plateforme de participation citoyenne qui sera au centre d’une opération de démocratie participative majeure sur toute la ville ainsi que plusieurs concertations sur des opérations ciblées. Fruit d’une collaboration de plusieurs mois avec les services de la ville, nous considérons ce premier projet de grande envergure comme innovation majeure en termes de participation citoyenne en ligne.

Nous espérons aussi pouvoir lancer en 2016 la version française de Civic Stack, l’annuaire collaboratif des technologies civiques open source. Civic Stack est un projet porté par les fondations argentines Democracia en Red et Asuntos del Sur.

Capture d’écran de la page d’accueil de civicstack.org

Pour finir, dans le courant du premier trimestre nous lancerons une première version stable et customisée de notre fork français de DemocracyOS sur laquelle nous comptons fournir des espaces de test et de démo (en plus du code brut). Un tout nouveau site web avec plus de contenu et d’informations sur notre initiative accompagnera ce lancement.

Si vous souhaitez être tenu au courant de cette sortie ou que DemocracyOS vous intéresse pour votre organisation n’hésitez pas à nous contacter sur contact@democracyos.eu.

Merci pour votre soutien vous êtes chaque semaine plus nombreux, sans vous et vos encouragements cette aventure ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. Donc, MERCI et bonne année 2016 à vous tous !

Virgile Deville, au nom de L’équipe de DemocracyOS France

L’équipe de DemocracyOS France avec Pia Mancini le 21/05/2015

 

République Numérique

By | Non classé | No Comments

Citoyens, participons à la consultation gouvernementale sur la République Numérique !

Du 26 septembre au 18 octobre, la première version du projet de loi pour une République Numérique est ouverte à tous les citoyens qui peuvent le lire, l’amender, le commenter, le voter par articles et par amendements proposés.

C’est la première fois que le gouvernement propose la co-construction d’un texte de loi avec les citoyens. Nous devons nous en saisir.

Nous serons évidemment vigilants sur ce qu’il restera de l’apport de cette concertation après l’arbitrage gouvernemental et le travail parlementaire.

Nous aimerions aussi voir, à l’avenir, se tenir des concertations similaires sur des plateformes libres, idéalement développées de concert avec des communautés issues de la société civile.

En attendant, nous saluons ce premier pas, un excellent signal qui est envoyé à tous ceux qui, comme nous, souhaiteraient voir les décisions politiques être prises de manière plus ouverte et plus inclusive. Tout en étant perfectible, cette démarche est d’ores et déjà de grande qualité.

Il revient à la société civile, à nous, citoyens, de prendre nos responsabilités: si nous voulons être mis à contribution plus souvent, si nous pensons que la prise de décision politique ne peut plus se faire sans nous, c’est maintenant qu’il faut participer.

C’est pourquoi nous vous appelons tous à venir s’emparer de cette concertation. À lire le projet de loi, ne serait-ce que quelques articles qui vous parlent plus que les autres, à voter, réfléchir, commenter, proposer, répondre, argumenter… en un mot, à agir en citoyens que vous êtes.

Voyons la consultation sur le projet de loi #RépubliqueNumérique comme une première étape. De son succès dépendra probablement l’avenir de la co-construction législative dans les mois, peut-être les années à venir. Tous ceux qui ont a cœur le renouveau de la démocratie ne peuvent tout simplement pas laisser passer cette chance.

Nous comptons sur vous !

Comment fonctionne notre plateforme?

By | Non classé | No Comments

Exemple avec la loi renseignement

 

Dans un article précédent, nous vous faisions part de notre volonté de réinventer la démocratie, étape par étape.

Notre premier objectif y est inscrit ainsi:

Cristalliser le débat sur les décisions politiques à venir, et s’en servir de caisse de résonance de l’opinion publique à destination des détenteurs du pouvoir.

Pour première pierre, nous avons décidé de nous plonger dans un projet de loi crucial mais très complexe — et donc qui doit être synthétisé, mis en perspective— , et dont le débat public est court, pour cause de procédure parlementaire accélérée. Ce projet de loi, c’est celui qui porte sur le Renseignement.

Nous avons donc lancé l’instance pjlr.democracyos.eu qui y est consacrée, en attendant l’arrivée d’autres textes qui seront aux aussi ouverts au débat.

Comment fonctionne pjlr.democracyos.eu ?

Notre plateforme ressemble à ça:

screenshot1

Nous avons synthétisé l’ensemble du projet de loi, ainsi que 3 des points faisant le plus débat dans ce texte: les objectifs du renseignement, la commission chargée de contrôler l’action des services, et les fameuses “boîtes noires”.

screenshot2

Pour comprendre ces points, rendez-vous sur la page de débat qui y est associée.

Une synthèse de ce que dit le texte y est présentée, suivie du lien vers des sources officielles, et de pistes pouvant enrichir la réflexion (quelques arguments pour et contre, des liens vers des articles de presse…).

screenshot3

Une fois vous être fait votre propre avis, vous pouvez voter sur l’article dont il est question: pour, contre, abstention. Votre vote peut être modifié jusqu’à la fermeture du débat.

screenshot4

Pour expliquer votre vote, vous pouvez poster un argument sous l’exposé du texte.

screenshot5

Vous pouvez aussi vous prononcer pour ou contre les arguments des autres, grâce aux petites flèches sous chacun d’entre eux. Les arguments apparaissent par défaut en fonction du score qu’ils accumulent.

screenshot6

C’est aussi simple que cela. Seules quelques règles très simples s’appliquent, que l’on pourrait résumer ainsi: ne soyez pas un troll, et le débat se portera bien.

Nous vous attendons sur pjlr.democracyos.eu: informez-vous participez, partagez. C’est ainsi que notre volonté de donner un coup de fouet à la démocratie peut prendre forme.

 


En 2015, réinventons la démocratie

By | Non classé | No Comments

Les débuts de DemocracyOS France

 

« Démocratie [n.f.]: régime qui permet aux citoyens de se prononcer tous les cinq ou six ans en faveur de leurs représentants, qui ne leur demanderont ensuite pas leur avis jusqu’à la prochaine campagne électorale »

Ce terrible état des lieux est-il une fatalité?

Nous pensons que non.

La démocratie représentative telle qu’elle existe de nos jours a été un formidable moyen de s’extraire des régimes autoritaires à une époque où la technologie se limitait à l’impression et à la machine à vapeur.

Elle traverse aujourd’hui une crise profonde, et apparaît en total décalage avec le monde où nous vivons aujourd’hui, façonné par nos interactions en temps réel sur internet.

L’amélioration extraordinaire des possibilités d’information et de communication, et l’immense besoin d’un renouvellement de la légitimité démocratique nous poussent à faire un constat simple: la démocratie doit se réinventer à l’heure d’internet.

Nous vivons une époque formidable pour reprendre en main les promesses que nos régimes ont failli à remplir: représentativité de nos élites politiques, participation du plus grand nombre à la fabrique de décisions, inclusion de toutes les franges de la population, décisions prises en transparence pour l’intérêt du plus grand nombre.

En 2012, dans cette démocratie tâtonnante qu’est l’Argentine, une poignée de jeunes entrepreneurs et étudiants ont tenté d’apporter leur pierre à ce qu’ils ont senti monter comme un des débats les plus brûlants de ce début de siècle. L’application libre, gratuite et open-source DemocracyOS, qui facilite la prise de décision politique de manière collaborative, est née. Son utilisation se répand dans le monde depuis: gouvernements locaux au Mexique et à Buenos Aires, parlementaires aux États-Unis, parti politique en Espagne, communautés militantes au Brésil…

En 2015, alors que la défiance envers le « système » politique est à son paroxysme, nous pensons qu’il est temps d’utiliser cet outil en France ; et aux côtés de tout un écosystème militant pour une démocratie plus ouverte, de remettre sur la table la promesse qui est celle de notre République: le gouvernement de tous, par tous et pour tous.

Nous sommes conscients que la technologie seule n’a jamais rien résolu. Aucun parmi nous ne souhaite en finir avec cette vision que la politique est, et restera, une chose par essence humaine. Mais internet fournit aux hommes et aux femmes de tous pays une interface formidable pour transcender cet obstacle bien trop souvent utilisé pour légitimer les dérives d’un système se transformant jour après jour un peu plus en une véritable oligarchie: la distance.

Sur DemocracyOS, peu importe son éloignement géographique et symbolique des lieux de l’exercice du pouvoir: chaque citoyen peut, à égalité avec les autres, s’informer, s’exprimer sur les décisions sur le point d’être prises et réagir aux arguments de ses pairs.

Cristalliser le débat sur les décisions politiques à venir, et s’en servir de caisse de résonance de l’opinion publique à destination des détenteurs du pouvoir, grâce à notre plateforme democracyos.eu : là est notre premier objectif.

Le second est de promouvoir, partout où le besoin peut se faire sentir, l’utilisation d’un telle plateforme, simple d’utilisation et entièrement libre d’exploitation et de modifications, pour répandre autant que possible une pratique qui nous semble naturelle mais peine encore à émerger: la démocratie participative.

Êtes-vous prêts à nous rejoindre dans cette lutte?